Navigateur non compatible. Veuillez utiliser un navigateur récent

Lionel Baier : Faire vivre à l'image ce trouble ressenti à 12 ans

VIDEO | 2010, 13' | Le cinéaste suisse raconte l'aventure de son troisième film Un autre homme où, après Garçon stupide et Comme des voleurs..., s'impose son style malicieux, cinéphile et très sensuel.

Dans la note d'intention d'Un autre homme, le réalisateur remonte à la source de son désir de cinéma. Voilà comment un film de Truffaut, à la télé, en 88, fit naître une vocation.

"Je me souviens d’avoir vu La Sirène du Mississipi de Truffaut un soir de l’été 88. J’avais 12 ans. Et ce soir-là, le vieux téléviseur Philips de mes parents s’accordait véritablement à mes désirs: double vie, imposture, énigme, voiture, neige, violence et surtout les corps de Catherine Deneuve et Jean-Paul Belmondo. Un homme à la virilité nerveuse filmé comme une collégienne et une femme tout en verticalité. Ce fut, pour moi, une réponse à un désir naissant.

Et c’est ce désir qui m’a conduit à diriger Robin Harsch et Natacha Koutchoumov dans Un autre homme. La neige, la voiture, l’imposture, la double vie, le sexe et la violence ont suivi. La consigne implicite passée à toute ma petite équipe a été de mépriser mon scénario et de jouer le tout pour le tout à chaque instant.

Et puisque nous n’avions pas d’argent, c’est notre désir et notre énergie que nous avons misés. J’ai essayé ainsi de faire vivre à l’image ce trouble ressenti à 12 ans qui me fit quitter définitivement l’enfance."

Lionel Baier